Rémunérations

Information relative aux éléments de rémunération des dirigeants mandataires sociaux de la société

publiée le 9 avril 2019
en application des recommandations du code Afep-Medef

 

Le conseil d’administration d’Antalis, lors de sa réunion du 28 mars 2019, sur proposition du comité des nominations et des rémunérations, a pris les décisions suivantes concernant la rémunération de M. Hervé Poncin, Directeur général d’Antalis.


Rémunération variable due au titre de l’exercice 2018

Après examen des critères de performance qui avaient été fixés par le conseil d’administration du 9 avril 2018, la partie variable de la rémunération de M. Hervé Poncin pour l’année 2018 a été arrêtée à 104 000 euros bruts, correspondant à 20 % de son montant cible.

En application de l’article L. 225-100 du code de commerce, le versement de cette rémunération variable est conditionné à l’approbation des actionnaires lors de la prochaine assemblée générale annuelle (vote ex post).

 

Rémunération fixe 2019 et rémunération variable 2019

Le conseil d’administration a décidé de maintenir pour 2019 la partie fixe de la rémunération annuelle de M. Hervé Poncin à son niveau actuel, soit 650 000 euros bruts.

Le conseil a également décidé de maintenir, pour la partie variable, un objectif maximum de 80 % de la partie fixe à conditions de performances satisfaites, soit 520 000 euros bruts, et lesdites conditions de performance ont été fixées comme suit :

Critères quantifiables (70 %)
Chiffre d’affaires consolidé 2019 : 20 %
Ebitda consolidé 2019 : 30 %
Besoin en fonds de roulement au 31 décembre 2019 : 20 %

Critères qualitatifs (30 %)
Croissance des chiffres d’affaires des secteurs Emballage et Communication Visuelle : 20 %
Résultats RSE 2019 : 10 %

 

Rémunération exceptionnelle 2019

Dans le cadre du processus de recherche d’une nouvelle structure actionnariale pour Antalis, mis en œuvre début 2019, et en raison de l’importance de ce projet pour le groupe et de la forte implication de M. Poncin dont dépendra en partie la réussite des opérations, le conseil d’administration a décidé de lui allouer une rémunération exceptionnelle spécifiquement liée à ce projet. Cette rémunération exceptionnelle, d’un montant maximal de 300 000 euros, est soumise à une condition de présence et à des conditions de performance liées à l’avancement du projet et constatées périodiquement.